qui a la plus grosse ? (hs#6 : PIXIES, Gigantic)

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

le headbanging science #6 ouvre le carnet rose et contraint le bLoug à enlever le bas : Gigantic ! S’exclame Kim Deal. Retour sur un autre morceau de choix des Pixies pour répondre à la question existentielle : qui a la plus grosse ?

headbanging science,la rubrique musicale des titres qui ont (presque) un rapport avec la science, #6 PIXIES – GIGANTIC


La video vintage est tirée du même concert que celle du headbanging science #5.

Image de prévisualisation YouTube

Gigantic est cosigné Black Francis / Kim Deal (sous son nom d’épouse, de manière ironique). Il s’inspire, selon Deal, du film Crimes of the Heart (Bruce Bersford, 1986), une nanardise typique des 80’s qui met en scène les aventures sentimentales de trois sœurs jouées par Jessica Lange, Diane Keaton et Sissy Spacek. L’une des héroïnes (Sissi Spacek) tombe amoureuse d’un éphèbe noir de 15 ans. Le morceau décrit les rêveries érotiques de Kim Deal en train d’assister aux ébats des deux tourtereaux.

Et c’est là que cela dérape… Gigantic + Black = Fantasme de l’étalon noir. Hormis une vague interprétation politiquement correcte des lyrics tentée un temps par Black Francis, les fans restent généralement sur la même version : Kim Deal se tape un bon délire sur les Noirs qui en ont une plus grosse…

N’en déplaise à quantité de sites Internet aux allures plus ou moins sérieuses, il semble bien qu’on ait affaire à une légende qui a le vit dur… directement héritée des représentations racistes qui ont pollué la science jusqu’au beau milieu du XXe siècle. Les études statistiques sur la taille du pénis humain semblent rares. Elles portent sur des échantillons souvent trop restreints ou trop spécifiques. Elles ne permettent certainement pas d’établir des comparaisons ethniques (si tant est que cela ait un sens). Elles présentent souvent des moyennes non relatives (essayez de faire le concours avec un cheval et vous trouverez certainement une vertu aux données rapportées à la  taille du corps). Et par dessus le marché, elles ne mesurent ni la même chose ni de la même façon.

Exemple de contre-information avec un site dont j’ai du mal à saisir le sens de la démarche (et dont je tairai le nom),  qui cartographie la taille du sexe d’une bonne partie de la planète. Le grand gagnant du jeu est la République démocratique du Congo. La France se classe à une honorable 17e place avec un bon 16,01 cm (c’est un peu mieux qu’à l’Eurovision). Les pauvres Sud-Coréens occupent la dernière position avec 9,66 cm (le bLoug ne compte pas encore de lecteur Sud-Coréen et espère vivement se faire des amis à cette occasion).

France, 17e rang mondial, 16,01 cm (pour les réclamations, voir avec l'Université d'Orléans apparemment)

Corée du Sud, 119e et dernier rang mondial : 9,66 cm, d'après on ne sait pas trop qui (peut-être des Nord-Coréens)

D’où viennent ces chiffres ? Sur quels échantillons portent-ils ? Quelles sont les marges d’erreur ? Est-ce que la République du Congo et la Corée du Sud n’ont vraiment rien de mieux à faire de leur budget recherche ? Mystère.

Mais le pire est à venir. En cherchant bien, on parvient à trouver quelques chiffres sérieux. Cette publication du British Journal of Urology compile quelques données issues d’autres études.

On se rend très vite compte que les échantillons (colonne ‘n’) ne permettent le plus souvent aucune analyse sur des sous-populations. Compte tenu de la variabilité physiologique de l’espèce humaine, les données moyennes des populations globales n’ont même pas de sens pour les échantillons les plus petits. Par ailleurs, le comparatif inter-études est souvent impossible en raison des différences méthodologiques : comment comparer des données déclaratives et les mesures effectuées en vrai (la précision n’est pas fournie ici mais on trouve les deux types de méthodes dans ce genre d’enquête et les moyennes reposant sur du déclaratif sont, comme par hasard, toujours plus élevées que les moyennes mesurées par des mains innocentes) ? Mieux, comment comparer de vaillants pénis en érection à de mollassons pénis au repos ?

Ca n’a évidemment ni queue ni tête, ce qui devrait redonner un bon coup de fouet à nos amis Sud-Coréens.

La dernière ligne du tableau concerne précisément une étude Sud-Coréenne. On y voit que la taille du pénis de 123 Sud-Coréens est de 9,6 cm… soit à un poil pubien près le chiffre cité tout à l’heure (9,66 cm)… sauf qu’il s’agit d’une mensuration au repos ! On a maintenant compris d’où viennent les données du site mentionné plus haut. Ils se contentent de les piquer à droite à gauche, sans se poser la question de ce qu’elles signifient, et encore moins de savoir si elles sont comparables. Et voilà comment les Sud-Coréens sont bombardés plus petites bites de la planète sans avoir jamais rien demandé…

Pour le coup, ce n’est plus tellement gigantic mais franchement affligeant. Pour réconcilier tous nos pénis, on se consolera avec cette citation extraite de l’article du BJU cité précédemment :

The issue of attractiveness to women is complex, but most data suggest that penile size is much lower down the list of priorities for women than such issues as a man’s personality and external grooming.

Hey Kim, le bLoug a une grosse personnalité !

Kim Deal, pro du manche

Gigantic (mrs John Murphy & Black Francis)

And this I know:
His teeth as white as snow
What a gas it was to see him
Walk her every day into a shady place
With her lips she said,
« Hey, Paul, hey Paul, hey Paul
Let’s have a ball »
Gigantic, gigantic, gigantic
A big, big love
Lovely legs, they’re a
What a big black mess
What a hunk of love
Walk her every day into a shady place
He’s dark, but I’d want him
« Hey, Paul, hey Paul, hey Paul
Let’s have a ball »
Gigantic, gigantic, gigantic
A big, big love
facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

  1. Wolfmalheur Says: juin 1, 2011 at 7:15

    Très instructif et plutôt rassurant…pas facile toutefois de se mesurer sur l’écran du PC…sinon pour l’anecdote, la très belle pochette du 12″ fut réalisée par Simon Larbalestier, photographe de Vaughan Oliver, sur la base d’une écoute erronée des lyrics « A baby glove » (un gant de bébé) à la place d’ « a big big love » d’où le bébé recto et le gant verso…

    Bon reste à Kim d’expliciter pourquoi elle ne souhaite qu’une « ball » du bien nommé Paul..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.