18 ! v’là Roswell (hs#1 : MEGADETH, Hangar 18)

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Pour inaugurer et donner le ton de cette rubrique, envolons-nous directement pour la quintessence du fait scientifique avéré : la créature de Roswell, avec Hangar 18, un des trois meilleurs morceaux du meilleur groupe de thrash de tous les temps, Megadeth.

headbanging science,la rubrique musicale des titres qui ont (presque) un rapport avec la science : #1 MEGADETH – HANGAR 18

 

 

 

Image de prévisualisation YouTube

Le titre lui-même fait référence à un hangar où furent stockés les morceaux de l’infortunée créature (hangar moins connu, pour d’obscures raisons logistiques, que la fameuse zone 51). Les lyrics de Dave Mustaine, contrairement au clip, ne citent pas explicitement Roswell, mais il y est globalement question de cryogénie et de stockage de gentils E.T. par l' »intelligence militaire », deux termes qui, accolés, ne font guère sens pour Mustaine (souvent taquin avec les uniformes).

En France, pour ma génération, 1995 constitua une grande année télévisuelle : le mercredi 21 juin, Jacques Pradel diffusa pour la 1ère fois au monde, des extraits du film de l' »autopsie » de la créature, dans le 1er numéro de son émission l’Odysée de l’Etrange, sur TF1 (on l’aura deviné). Hangar 18 devient encore plus intéressant (ou intéressant tout court pour qui n’est pas sensible aux furieux soli de guitare qui propulsent ce titre au panthéon du genre) lorsqu’on prête attention au fait qu’il est paru sur l’album Rust in Peace, en 1990… Soit 5 avant que l’inénarrable Pradel ne fasse monter la sauce pour organiser son « scoop du millénaire ».

Car, comme le montre Michel de Pracontal, dans « L’imposture scientifique en dix leçons », le show de Pradel est une tentative délibérée de créer l’événement en réactivant une rumeur qui, en 1995, devrait déjà être morte et enterrée. Roswell illustre la leçon 4 de l’ouvrage de Pracontal, « des médias avec art tu useras ». Les données historiques démontant la rumeur, et connues de tous, sont « superbement ignorées par Jacques Pradel ». Ce qui va se jouer dans son émission (qui fort justement, aura une durée de vie assez courte), n’a bien entendu aucun rapport proche ou lointain avec des faits quelconques. C’est au contraire la démonstration de la toute puissance des médias de l’image (et ce dès avant l’explosion d’internet, qui n’en est alors qu’à ses balbutiements) et de leur aptitude à créer leur propre mythologie et leur propre discours de « réalité » sans se soucier aucunement de faits.

Alors quitte à faire de l’entertainment, mieux vaut suivre Mustaine.

Les lyrics :

Hangar 18

Welcome to our fortress tall
I’ll take some time to show you around
Impossible to break these walls
For you see the steel is much too strong
Computer banks to rule the world
Instruments to sight the stars

Possibly I’ve seen to much
Hangar 18 I know too much

Solo – Friedman

Foreign life forms inventory
Suspended state of cryogenics
Selective amnesia’s the story
Believed foretold but who’d suspect
Military intelligence
Two words combined that can’t make sense

Possibly I’ve seen to much
Hangar 18 I know too much

Solo – Friedman
Solo – Friedman

Solo – Mustaine
Solo – Friedman
Solo – Mustaine
Solo – Friedman
Solo – Mustaine

Music & Lyrics – Mustaine

Enter Megadeth cyber army

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

  1. Wolfmalheur Says: janvier 9, 2011 at 7:38

    Bon choix l’ami, mais aussi impressionnant ce brûlot est, il sort des canons trash pour virer vers le heavy-techno-prog. Ainsi Mustaine a fait évoluer son monstre dans des sphères différentes de la référence sonore de la Bay area. Finalement, le héros trash number 1 sur la longueur, ne peut être que Slayer pour sa discipline, sa constance et sa continuité (routine dirons certains). Quant au sempiternel sondage de l’ultime album trash, je vote sans hésiter pour KILL’EM ALL des four horsemens, le vrai géniteur. Play it loud mutha.

  2. Très bon choix, même !

    Hanger 18 un des titres phare de Rust In Peace, l’album phare terminant la somptueuse trilogie commencée par So Good et pousuivie par Peace Sells.

    Hangar 18, Holy Wars, Tornado of Souls, … des classiques du thrash, classés dans tous les bons panthéons du style. De la technique pure, fluide et corrosive. Holy wars, l’album qui voit enfin le génie de Marty Friedman exp(l)osé(er).

    Hangar 18, une vidéo kitsche masi pas trop, sur un sujet obsédant touchant de très très près la famille de Mustaine. Mais pourquoi Pradel n’avait-til donc pas pensé à Mustaine the 5th horseman?

    Très bon choix, donc.

    • Phuckin'Phiphi Says: août 5, 2014 at 6:04

      @ Glob
      Peace Sells est sorti avant So Far, So Good… So What!, albums respectivement sortis en 1986 et 1988. 😉

  3. WOLFMALHEUR Says: septembre 7, 2011 at 3:21

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.