le Mékong ne passera pas par les barrages – part#3

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

La construction de barrages sur le cours principal du Mékong est provisoirement gelée… bonne nouvelle pour la biodiversité (1ère partie) mais aussi pour la pèche et l’agriculture (2ème partie)… D’autres arguments peuvent-ils justifier  l’existence de projets si risqués ?

Un argument énergétique peut-être ? Comme le rappelle Émeline Hassendorfer de l’association Entre Deux Eaux, « Un barrage peut avoir d’autres finalités que la production électrique : régulation des flux, irrigation, apports d’eau potable, ou même barrière anti-sel comme ce serait le cas dans le delta du Mékong, sujet à ce problème ». Mais dans ces projets, seule la production hydroélectrique semble véritablement entrer en ligne de compte.

A première vue, les chiffres ne sont pourtant guère impressionnants : une capacité de 14 000 mégawatts, correspondant à une production annuelle de 66 000 gigawatts, cela ne représenterait qu’entre 6 et 8 % des besoins en énergie des quatre pays riverains à l’horizon 2025. De quoi peser lourd dans la balance ?

Plus qu’il n’y paraît. D’abord parce qu’il s’agit d’énergie renouvelable (ce qui intéresse des nations très dépendantes des énergies fossiles), mais aussi et surtout parce qu’elle profiterait essentiellement au Laos et au Cambodge, deux pays économiquement nains et énergétiquement démunis par rapport au Vietnam et surtout à la Thaïlande (34ème puissance mondiale). Alors que la Thaïlande fait état d’une couverture électrique de 95 % de sa population, le Laos n’atteint que 60 %, et le Cambodge, lui, n’a même pas de véritable couverture nationale. On s’en doute, ce sont les régions rurales les plus défavorisées en matière d’accès à l’énergie, et parmi celles-ci, les populations riveraines du fleuve. Un point commun aux quatre pays, leur demande en électricité a crû de 8 % par an ces dernières années, portée par une croissance soutenue. Cela n’est pas près de s’arrêter : la zone prévoit un taux de croissance annuel moyen d’au moins 5 % jusqu’en 2030 ! y compris pour la Thaïlande, alors que ce pays est déjà beaucoup plus avancé que ses voisins.

Copyright © 2007, Suthep Kritsanavarin

Les besoins énergétiques justifient-ils pour autant la construction de barrages sur le Mékong ? Pour le Cambodge, très certainement, car le pays n’a que peu d’alternative pour satisfaire à sa demande nationale d’énergie. Le Laos, lui, pourrait faire l’impasse sur cette nouvelle source d’approvisionnement : son potentiel hydroélectrique sur les affluents est suffisamment conséquent, construire sur le cours principal du fleuve lui rapporterait au mieux un peu plus de devises à l’export. Pour le Vietnam et la Thaïlande, déjà producteurs d’une énergie abondante et relativement peu chère, les barrages sur le Mékong ne changeraient pas fondamentalement la donne, ni en termes de coût ni en termes de sécurité d’approvisionnement.

un jackpot trompeur

Au-delà de la satisfaction des besoins énergétiques nationaux, les barrages pourraient rapporter entre 3 et 4 milliards de dollars de recettes par an en 2030. En théorie, une manne providentielle pour investir dans le développement social et économique et réduire la pauvreté : c’est là l’argumentaire-type en faveur de tout projet de la sorte, mais c’est un raisonnement à courte vue, comme le décrypte le rapport de la MRC. En réalité, les ouvrages sur le Mékong contribueraient à renforcer les inégalités. A court et moyen terme, la pauvreté serait encore aggravée, en particulier chez les populations démunies dans les zones rurales et urbaines riveraines – les barrages, ce sont avant tout les promoteurs, les financiers et les gouvernements hôtes qui en récolteraient les fruits. L’inégalité vaut aussi entre pays. Le Vietnam et le Cambodge risqueraient de subir des pertes nettes, au moins dans un premier temps. Tout simplement parce que l’essor d’un secteur de l’économie (ici l’énergie) peut se faire au détriment d’autres secteurs, non moins vitaux (en l’occurrence, la pèche et l’agriculture). Au Cambodge, l’économie de la pèche, primordiale pour le pays, serait particulièrement mise à mal par les barrages. Au Vietnam, ce sont les populations du delta du Mékong, qui vivent d’une riziculture extraordinairement productive, qui seraient touchées. Seul le Laos devrait finalement bénéficier d’une croissance économique significative grâce aux barrages… mais non sans risque, puisqu’elle s’assortirait d’effets inflationnistes et d’une dégradation du taux de change qui pénaliserait le marché des biens de consommation, vecteur de réduction de la pauvreté…

Tableau toujours très en demi-teinte en matière d’emploi puisque les effets devraient se limiter à la période de construction et que la main d’œuvre, notamment qualifiée ou semi-qualifiée, ne pourrait être fournie localement. Plus généralement, plus de la moitié des ressources, quelles soient humaines ou techniques (ingénierie, équipement…), devraient être importées, seule la Thaïlande étant à même de manufacturer certaines pièces hydrauliques, par exemple.

Au final, les gains paraissent minces, les risques réels. Mais le bilan exact reste difficile à poser. Tout simplement car, comme le reconnaissent eux-mêmes les experts, « Les coûts sociaux et écologiques de ce type de projet ne peuvent être abordés par les instruments économiques classiques ». En d’autres termes, il est peu probable, voire impossible, que l’on arrive à chiffrer de manière réaliste les mesures nécessaires de protection de l’environnement et des populations.

le poids de la fierté nationale

La vision traditionnelle des barrages  en fait un moyen de choix pour la construction et le développement d’une nation. Propagée par une industrie barragière prospère, cette vision réductrice a de quoi convaincre les gouvernements, séduits par l’idée que les investissements étrangers puissent revenir à long terme, “sans frais”, à leur économie nationale.

Pour son développement, le Laos a ainsi misé sur l’hydro-électrique, avec l’ambition de devenir la « pile » de l’Asie du Sud-Est. Mis en service en mai et tout juste inauguré, l’ambitieux barrage de Nam Theun 2 illustre bien cette politique et préfigure très probablement ce qui sera en jeu si les barrages sur le Mékong voient le jour. Pour le pays (l’un des plus pauvres du monde), son coût de 1,3 milliards de dollars est exorbitant, mais il est compensé par la perspective de bénéfices à terme. Pour les villageois démunis, l’accès à l’électricité est le prélude à de meilleures conditions de vie : installations sanitaires, eau potable, routes praticables en toutes saisons permettant un meilleur accès aux écoles et aux soins de santé… Un bilan flatteur mais qui pourrait être trompeur car il évacue la question de la durabilité. Il s’agit de communautés, qui dépendaient autrefois des ressources naturelles (forêt, poissons) que les barrages ont rognées ou annihilées. Quels moyens de subsistance durables vont-elles pouvoir substituer à ces ressources naturelles définitivement perdues ?

Nam Theun 2 pose une autre question, celle des affluents du Mékong. Les barrages sur le cours principal du fleuve constituent en fait l’arbre qui cache la forêt : ce ne sont pas moins de 88 projets qui sont prévus d’ici à 2030, tous les autres concernant des affluents. Dans les scénarios élaborés par les experts de la MRC il ne semble pas y avoir place au doute : ces barrages secondaires se construiront, au moins pour partie. Mais même en nombre, ils seraient un moindre mal puisqu’ils devraient avoir des répercussions négatives limitées tout en contribuant significativement aux besoins énergétiques de la zone. Ce qui souligne en creux la très relative nécessité des ouvrages sur le cours principal du fleuve.

Les poissons-chats géants du Mékong ont donc gagné un sursis de 10 ans. Que vaut cette décision sachant que les pays de la région ne sont pas tenus de respecter les recommandations de la MRC ? Selon Émeline Hassendorfer, même si tout n’est pas optimal dans leur coopération, les quatre pays membres « reconnaissent que la MRC est l’organe qui gère le fleuve et s’en remettent entièrement à elle ». Du reste, les règles de fonctionnement de la commission traduisent une « réelle volonté d’égalité entre les membres et toute décision de construction sur le cours principal du fleuve requiert le consensus des quatre pays ». Dans ces conditions, difficile d’imaginer le Laos, qui a le plus à gagner, faire cavalier seul et mettre à bas tous les efforts de concertation régionale pour produire une électricité qu’il lui faudrait de toute façon revendre à ses partenaires…

Si problème de coopération transfrontalière il y a, c’est en amont qu’il faut le chercher. La Chine, qui n’est pas membre de la MRC mais collabore avec elle en tant qu’observateur, a ses propres projets de barrages sur le Haut-Mékong. Certains sont déjà opérationnels. Et ils n’ont pas manqué de faire polémique lorsque, au printemps dernier, le niveau du fleuve au Laos et dans le nord de la Thaïlande a atteint son plus bas depuis 50 ans, occasionnant une grave sécheresse et des remous diplomatiques sérieux. La situation s’est depuis apaisée. De là à ce que la Chine suspende à son tour ses projets pour 10 ans ?

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.